Solution à l'erreur phpmyadmin et php 7.2 : "count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable"

Rédigé par citizenz - - Aucun commentaire
J'ai été confronté à cette erreur sur un serveur Ubuntu 18.04.
Il s'agit tout "simplement" d'un bug de phpMyadmin. On solutionne tout ça avec une simple ligne afin d'aller corriger une erreur... de parenthèses :
sudo sed -i "s/|\s*\((count(\$analyzed_sql_results\['select_expr'\]\)/| (\1)/g" /usr/share/phpmyadmin/libraries/sql.lib.php

Installer Linux Ubuntu sur un laptop Dell Inspiron 15-7580 - La bagarre !

Rédigé par citizenz - - 7 commentaires
J'ai acheté dernièrement un nouveau PC portable (laptop). Après quelques recherches mon choix s'est porté sur un Dell Inspiron 15-7580 :
- processeur i7
- 16 Go RAM DDR4
- SSD Nvme 512 Go
- Ecran 15 '
- etc.
Évidemment, comme la plupart des PC, ce Dell n'échappe pas à la règle : il est livré avec Windows 10 (Famille).
Je ne souhaitais pas supprimer Windows 10 car il m'est utile pour certains travaux et la compilation de binaires (Cryptomonnaie, etc.). mais je souhaitais installer Linux Ubuntu pour l'utiliser comme OS principal.
Par contre évidemment, il y a un peu de boulot avant de voir tourner un Ubuntu sur ce laptop. Depuis le "secure boot" en passant par l'étape de configuration du disque, il faut "cravacher" un peu.
Voici donc résumées ci-après les différentes étapes de cette install.
Sans cela, impossible d'installer nativement Gnu/Linux sur ce PC !

1 - Préparation

- Activer le mode AHCI
Pour installer Ubuntu, vous devez passer le lecteur de stockage en mode AHCI.
    1- Sous Windows 10, lancer la console Windows (cmd) en mode admin
    2- Puis tapez : bcdedit /set {current} safeboot minimal
    3- Rebootez le PC
    4- Au démarrage, pressez F2 lorsque vous voyez le logo Dell
    5- Sélectionnez Mode AHCI dans les options SATA sous Système Configuration
    6- Cliquez Appliquer et Sortie
    7- Connectez vous sous Windows de manière normale
    8- Ouvrez de nouveau la console (cmd) en admin et tapez : bcdedit /deletevalue {current} safeboot
    9- Rebootez

- Partitionner le disque
    1- Depuis le menu Démarrer, dans la recherche, tapez disk management et ouvrez l'appli
    2- Repérez votre disque et la partition Windows (c'est souvent la plus grande partition)
    3- Faites un clic droit et sélectionnez Redimensionner le disque
    4- Redimensionnez à la taille voulue (j'ai personnellement un DD de 512 Go : j'ai laissé 200 Go pour Ubuntu)
    5- Cela devrait être très rapide. Vérifiez enfin si vous voyez désormais une partition "espace non alloué". Ce sera votre future partition Ubuntu

2 - Installation d'Ubuntu

- Toujours sous Windows 10, Insérez votre clé USB avec Ubuntu
- Rebootez
- Pressez F12 quand vous voyez le logo Dell
- Dans la liste qui apparaît, sélectionnez celle avec "Boot from UEFI"...
- Sélectionnez ensuite "Essayer Ubuntu sans l'installer"
- Pressez la lettre E
- On va légèrement modifier le démarrage de Grub : ajoutez nomodeset avant quiet splash (cela donnera donc : nomodeset quiet splash)
- Pressez F10
- Lancez l'installeur Ubuntu sur le bureau
- Sélectionnez Enable Insecure Boot Mode durant l'installation et notez bien le mot de passe que vous avez entré

Ubuntu est maintenant installé... Il y a encore quelques trucs à régler.
Après l'installation et le reboot, vous allez voir un écran bleu Perform MOK management :
    1- Sélectionnez Change Secure Boot State
    2- Entrez le mot de passe
    3- Sélectionnez Yes pour Disable Secure Boot

Après cela, le PC va rebooter et vous verrez l'écran avec les options de boot.

Vous pourrez enfin profiter pleinement de votre Ubuntu avec tous les pilotes et drivers (notamment pour la carte Nvidia).

Upgrader son système sans mettre à jour le noyau

Rédigé par citizenz - - Aucun commentaire
Il peut être très utile de vouloir upgrader sons système (pour des raisons de sécurité) sans pour autant mettre à jour le noyau Linux (surtout sit out fonctionne bien). C'est très simple sous Debian/Ubuntu.

On marque les fichiers linux-image-generic et linux-header-generic en "hold"
sudo apt-mark hold linux-image-generic linux-headers-generic

On met à jour
sudo apt update

On upgrade
sudo apt upgrade

Si jamais on veut enlever le "hold" et mettre à jour le noyaux :
sudo apt-mark unhold linux-image-generic linux-headers-generic

Améliorer le minage de cryptomonnaies avec son CPU

Rédigé par citizenz - - Aucun commentaire

Si on veut miner des cryptomonnaies avec son CPU, c'est possible (mais c'est long !). Autant avoir un bon processeur (I5, I7, XEON, etc.).
Pour obtenir un meilleur taux de hash (hashrate), il est important d'activer l'option "Huge Pages" (si vous avez un processeur "compatible").
Par exemple sur un Intel I5-2400, avec le mineur Xmrig-CPU (cryptonight), je faisais à peine du 120 H/s avec un processeur à 75 % (3 threads).
Avec le "Huge Pages" activé, je suis passé à 200 H/s.

Su un PC traditiopnnel, sous Ubuntu 16.04 par exemple, on peut activer facilement cette option :

# echo 'vm.nr_hugepages=128' >> /etc/sysctl.conf
# sysctl -p

... et on reboot

Mais sur un serveur OVH Kimsufi (par exemple), il va falloir installer un autre noyau (kernel) que l'original fourni par OVH car sinon vous allez vous retrouvez avec cette erreur :
sysctl: cannot stat /proc/sys/vm/nr_hugepages: No such file or directory
A moins qu'à l'installation vous ayez choisi d'installer le noyau de la distribution et pas celui d'OVH auquel cas, tout devrait fonctionner sans changement.

Installation d'un nouveau noyau sur le serveur d'OVH Kimsufi (exemple sous Ubuntu 16.04)
On met à jour :

# apt update
On installe le kernel de la distrib :
# apt install linux-image-generic
On déplace le kernel d'OVH :
# mkdir ~/ovh.d
# mv /etc/grub.d/06_OVHkernel ~/ovh.d
On met à jour Grub :
# update-grub
... et on redémarre... sur le nouveau noyau
# reboot

Basé sur l'article de Thomas (Virtubox) : jesuisadmin.fr/miner-du-monero-xmr-stack...

[TUTO] Auto-héberger un noeud DUNITER sous Debian/Ubuntu

Rédigé par citizenz - - 13 commentaires
Article mis à jour le 21/11/17.
Reprenons ce que nous dit https://yeuxdelibad.net/Blog/?d=2017/11/08/16/00/51-debuter-avec-duniter-1-puis-heberger-un-noeud :
Pour rappel : Duniter est un logiciel. Son but est de permettre la production d'une nouvelle valeur numérique (ou électronique) ayant toutes les caractéristiques d'une « monnaie libre ». Nom de code de cette nouvelle valeur : la Ğ1 (prononcez « June », \ʒɥn\). La Ğ1 est désormais bien réelle : les toutes premières unités ont été créées le 8 mars 2017, et de nouvelles sont produites chaque jour par ses membres.

Le petit tuto ci-dessous reste non exhaustif voir même "simpliste" et n'aborde pas l'idée, le projet ou la philosophie de Duniter, de la Ğ1, etc. Il rappelle simplement les différentes étapes d'installation d'un "nœud" Duniter sous Debian/Ubuntu qui permettra de participer aux calculs nécessaires aux échanges de Ğ1.

J'utilise un PC sous Ubuntu 16.04 64 bits à la maison (auto-hébergé).
Connexion ADSL2 : Freebox V6 (+/- 7 MB/s)
PC : Intel i5, RAM 8 GB, SSD 120 GB

C'est parti :

a - On télécharge le paquet Debian (Debian/Ubuntu, ...) (version à vérifier sur le github Duniter ) :
$ wget https://github.com/duniter/duniter/releases/download/1.6.13/duniter-server-v1.6.13-linux-x64.deb

b - On installe le serveur Duniter :
$ sudo dpkg -i duniter-server-v1.6.13-linux-x64.deb

c - On génère la clé :
$ duniter wizard key

Réponse aux questions :
------Modify you keypair? (y/N) y
------Key's salt : mettez ici un mot de passe, une phrase, ce que vous voulez...
------Key's password : mettez ici un mot de passe

d - On configure le réseau :
$ duniter wizard network

Réponse aux questions :
---IPv4 interface : déplacez-vous, le cas échéant avec les flèche du clavier pour choisir la bonne adresse Interne (Privée) et validez. Sur mon réseau local (MAISON), je suis connecté sur ma Freebox V6 en DHCP fixe. En l'occurrence, mon adresse IP internet est : 192.168.0.75
---IPv6 interface : déplacez-vous dans la liste avec les flèches du clavier pour choisir l'adresse et validez. Choisissez "none" si vous n'avez pas d'IPv6.
---Port : 10901
---Remote IPv4 : ici, on vous demande votre adresse IP publique (avec ma Freebox, c'est du type 82.xxx.xxx.xxx)
---Remote port : 10901
---Does this server has a DNS name? y ou n (répondez "y" si vous voulez héberger le nœud sur un serveur possédant un nom de domaine. Exemple : g1.spacejerk.fr)

e - On lance la synchronisation :
$ duniter sync g1.duniter.org 443
Prenez votre mal en patience, ça peut être assez long (20 minutes ou +..., selon votre connexion et votre matériel)

f - On lance le serveur :
Moi, je lance le serveur avec l'interface web, plus pratique :
$ duniter webstart --webmhost 192.168.0.75
Remarquez ici que je rajoute un argument à la commande duniter webstart : "--webmhost" me permet de spécifier l'adresse IP privée de mon réseau interne Freebox
Vous aurez alors accès à votre "interface web" à cette adresse : http://MON-DOMAINE:9220 ou bien http://MON-IP:9220

g - N'oubliez pas d'ouvrir le port suivant dans votre firewall (si vous en avez un) :
10901/tcp = serveur

g bis - Si comme moi votre Freebox est confgurée en mode "routeur", il faut faire une redirection de ports vers votre IP privée (10901)

Attention : l'ouverture du port 9220 sur la box ou le firewall rend l'administration Duniter disponible à *tout utilisateur extérieur* et il devient extrêmement facile de dérober la clé privée si vous n'avez pas de protection supplémentaire (YunoHost, restriction d'accès par IP, ...)

Maintenant se pose la question : comment se connecter "proprement" à l'interface web du nœud, sans ouvrir le port 9220 ? elois sur le forum Duniter nous donne une très bonne astuce à base de SSH :
ssh -L PORT_LOCAL:localhost:9220 user@ip -p SSH_PORT

Ce qui donnerait chez moi, depuis mon PC maison :
ssh -L 8999:localhost:9220 citizenz@MON_IP -p 5001

Puis on tape l'adresse suivante dans son navigateur préféré :
http://localhost:8999

Et zou ! On arrive directement sur l'espace web d'admin du nœud ! C'est magique ! :D

h - S'inscrire sur CESIUM
Cesium est une application vous permettant de gérer votre compte en monnaie libre Ğ1.
URL : https://g1.duniter.fr 
Il va falloir créer un compte. C'est nécessaire pour être inscrit dans le registre public du Ğ1. Vous créerez en même temps un "porte-feuille".
Remplissez complètement les infos demandées dans votre compte.
/!\ Retenez bien votre identifiant secret et votre mot de passe, essentiels pour vous connecter.
Vous devez créez un compte "membre" pour pouvoir plus tard participer au dividende universel....

N.B. : En rentrant ses propres identifiant et mot de passe de membre, on relie le nœud à sa clé publique.

Pour toute info et complément, je vous renvoie vers plusieurs liens :
Fil RSS des articles de ce mot clé