OneProvider : la Dacia des serveurs dédiés !

Rédigé par citizenz - - 1 commentaire
Je viens de découvrir Oneprovider .
OneProvider est une compagnie Canadienne qui offre une gamme complète de solutions en ligne : serveurs dédiés, virtuels, colocation dans plus 145 villes à travers le monde.
C'est en fait une filiale de Online... et des serveurs Online "reconditionnés"... ou "qui ont fait leur temps", etc.
Il y a notamment une gamme de serveurs dédiés impressionnante dans une bonne trentaine de villes d'Europe, d'Amérique du Nord et du sud, d'Asie, d'Afrique et d'Océanie. La gamme de serveur est très étendue (niveau proc, RAM, DD, etc.).

Avec les "Summer sell " vous pouvez trouver un dédié basé en France pour 6.99 €/m TTC !  C'est pas cher... mais certaine chose sont minimalistes.
Le panel de gestion client est plutôt pas mal fait, la gestion du serveur est plutôt pratique.
Mais première surprise lors de l'install ou de la reinstall de l'OS du serveur dédié, pas possible de choisir autre chose que des versions "anciennes" des OS (Debian v8, Ubuntu 14.04, ...) Ça commence à dater un peu.
Pourtant, sur l'annonce au moment de l'achat il est bien noté que Debian 9 fait partie des OS disponibles tout comme Ubuntu 18.04.
Par contre, sur simple demande au support, ils vous l'installent (Debian 9) après que vous leur ayez affirmé que vous êtes au courant que la réinstall va effacer toutes les données du serveur.

 

Mais à 6.99 €/mois, le serveur dédié que j'ai choisi (Intel Atom C2350 - 1.7 GHz, 4GB Ram DDR3, 1 TB HDD SATA et surtout une connexion à 1 Gb/s unmetered) est quand même pas mal !
Le processeur est assez limité mais pour un "petit" serveur web ou une seedbox, c'est parfait ! La connexion à 1 GB/s est parfaite !

Mais moi, je voulais me faire un serveur avec une Debian 10 O_o !!!

Donc pas d'autre alternative que d'upgrader à la main l'OS installé.
Plutôt que de passer de Jessie à Buster directement (je pense que ce n'est pas indiqué : vous confirmez ?), j'ai préféré upgrader vers Strech dans un premier temps, puis vers Buster dans un deuxième temps.
Voila comment je m'y suis pris et c'est en fait très simple.

Première chose à faire : s’assurer qu’on est bien à jour sur Jessie :
$ su
# apt update
# apt full-upgrade
# reboot


Puis on met à jour le fichier /etc/apt/sources.list en remplaçant jessie par stretch :
$ su
# sed -i 's|jessie|stretch|' /etc/apt/sources.list

Vérifiez aussi les dépôts dans /etc/apt/sources.list.d/

Puis on met à jour vers Stretch (v9) :
# apt update
# apt full-upgrade
# reboot

Bingo ! On est sous Debian Strech (9).

 

Vérifiez avec :
$ lsb_release -a

Vous aurez peut-être quelques fichiers à supprimer :
#apt autoremove
#reboot

Si tout est bon, on passe de Strech (9) à Buster (10) avec la même procédure :
$ su
# sed -i 's|stretch|buster|' /etc/apt/sources.list
# apt update
# apt full-upgrade
# reboot

Bingo (2) ! On est sous Debian Buster (10).

Vérifiez avec :
$ lsb_release -a
No LSB modules are available.
Distributor ID: Debian
Description:    Debian GNU/Linux 10 (buster)
Release:        10
Codename:       buster

$ uname -a
Linux AMS-144116 4.19.0-5-amd64 #1 SMP Debian 4.19.37-5 (2019-06-19) x86_64 GNU/Linux

Bien que vous soyez en Debian 10 (Buster), vous garderez la version Debian 8 sur votre panel d'administration client OneProvider.

 

Solution à l'erreur phpmyadmin et php 7.2 : "count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable"

Rédigé par citizenz - - 1 commentaire
J'ai été confronté à cette erreur sur un serveur Ubuntu 18.04.
Il s'agit tout "simplement" d'un bug de phpMyadmin. On solutionne tout ça avec une simple ligne afin d'aller corriger une erreur... de parenthèses :
sudo sed -i "s/|\s*\((count(\$analyzed_sql_results\['select_expr'\]\)/| (\1)/g" /usr/share/phpmyadmin/libraries/sql.lib.php

Installer Linux Ubuntu sur un laptop Dell Inspiron 15-7580 - La bagarre !

Rédigé par citizenz - - 7 commentaires
J'ai acheté dernièrement un nouveau PC portable (laptop). Après quelques recherches mon choix s'est porté sur un Dell Inspiron 15-7580 :
- processeur i7
- 16 Go RAM DDR4
- SSD Nvme 512 Go
- Ecran 15 '
- etc.
Évidemment, comme la plupart des PC, ce Dell n'échappe pas à la règle : il est livré avec Windows 10 (Famille).
Je ne souhaitais pas supprimer Windows 10 car il m'est utile pour certains travaux et la compilation de binaires (Cryptomonnaie, etc.). mais je souhaitais installer Linux Ubuntu pour l'utiliser comme OS principal.
Par contre évidemment, il y a un peu de boulot avant de voir tourner un Ubuntu sur ce laptop. Depuis le "secure boot" en passant par l'étape de configuration du disque, il faut "cravacher" un peu.
Voici donc résumées ci-après les différentes étapes de cette install.
Sans cela, impossible d'installer nativement Gnu/Linux sur ce PC !

1 - Préparation

- Activer le mode AHCI
Pour installer Ubuntu, vous devez passer le lecteur de stockage en mode AHCI.
    1- Sous Windows 10, lancer la console Windows (cmd) en mode admin
    2- Puis tapez : bcdedit /set {current} safeboot minimal
    3- Rebootez le PC
    4- Au démarrage, pressez F2 lorsque vous voyez le logo Dell
    5- Sélectionnez Mode AHCI dans les options SATA sous Système Configuration
    6- Cliquez Appliquer et Sortie
    7- Connectez vous sous Windows de manière normale
    8- Ouvrez de nouveau la console (cmd) en admin et tapez : bcdedit /deletevalue {current} safeboot
    9- Rebootez

- Partitionner le disque
    1- Depuis le menu Démarrer, dans la recherche, tapez disk management et ouvrez l'appli
    2- Repérez votre disque et la partition Windows (c'est souvent la plus grande partition)
    3- Faites un clic droit et sélectionnez Redimensionner le disque
    4- Redimensionnez à la taille voulue (j'ai personnellement un DD de 512 Go : j'ai laissé 200 Go pour Ubuntu)
    5- Cela devrait être très rapide. Vérifiez enfin si vous voyez désormais une partition "espace non alloué". Ce sera votre future partition Ubuntu

2 - Installation d'Ubuntu

- Toujours sous Windows 10, Insérez votre clé USB avec Ubuntu
- Rebootez
- Pressez F12 quand vous voyez le logo Dell
- Dans la liste qui apparaît, sélectionnez celle avec "Boot from UEFI"...
- Sélectionnez ensuite "Essayer Ubuntu sans l'installer"
- Pressez la lettre E
- On va légèrement modifier le démarrage de Grub : ajoutez nomodeset avant quiet splash (cela donnera donc : nomodeset quiet splash)
- Pressez F10
- Lancez l'installeur Ubuntu sur le bureau
- Sélectionnez Enable Insecure Boot Mode durant l'installation et notez bien le mot de passe que vous avez entré

Ubuntu est maintenant installé... Il y a encore quelques trucs à régler.
Après l'installation et le reboot, vous allez voir un écran bleu Perform MOK management :
    1- Sélectionnez Change Secure Boot State
    2- Entrez le mot de passe
    3- Sélectionnez Yes pour Disable Secure Boot

Après cela, le PC va rebooter et vous verrez l'écran avec les options de boot.

Vous pourrez enfin profiter pleinement de votre Ubuntu avec tous les pilotes et drivers (notamment pour la carte Nvidia).

Upgrader son système sans mettre à jour le noyau

Rédigé par citizenz - - Aucun commentaire
Il peut être très utile de vouloir upgrader sons système (pour des raisons de sécurité) sans pour autant mettre à jour le noyau Linux (surtout sit out fonctionne bien). C'est très simple sous Debian/Ubuntu.

On marque les fichiers linux-image-generic et linux-header-generic en "hold"
sudo apt-mark hold linux-image-generic linux-headers-generic

On met à jour
sudo apt update

On upgrade
sudo apt upgrade

Si jamais on veut enlever le "hold" et mettre à jour le noyaux :
sudo apt-mark unhold linux-image-generic linux-headers-generic

Améliorer le minage de cryptomonnaies avec son CPU

Rédigé par citizenz - - Aucun commentaire

Si on veut miner des cryptomonnaies avec son CPU, c'est possible (mais c'est long !). Autant avoir un bon processeur (I5, I7, XEON, etc.).
Pour obtenir un meilleur taux de hash (hashrate), il est important d'activer l'option "Huge Pages" (si vous avez un processeur "compatible").
Par exemple sur un Intel I5-2400, avec le mineur Xmrig-CPU (cryptonight), je faisais à peine du 120 H/s avec un processeur à 75 % (3 threads).
Avec le "Huge Pages" activé, je suis passé à 200 H/s.

Su un PC traditiopnnel, sous Ubuntu 16.04 par exemple, on peut activer facilement cette option :

# echo 'vm.nr_hugepages=128' >> /etc/sysctl.conf
# sysctl -p

... et on reboot

Mais sur un serveur OVH Kimsufi (par exemple), il va falloir installer un autre noyau (kernel) que l'original fourni par OVH car sinon vous allez vous retrouvez avec cette erreur :
sysctl: cannot stat /proc/sys/vm/nr_hugepages: No such file or directory
A moins qu'à l'installation vous ayez choisi d'installer le noyau de la distribution et pas celui d'OVH auquel cas, tout devrait fonctionner sans changement.

Installation d'un nouveau noyau sur le serveur d'OVH Kimsufi (exemple sous Ubuntu 16.04)
On met à jour :

# apt update
On installe le kernel de la distrib :
# apt install linux-image-generic
On déplace le kernel d'OVH :
# mkdir ~/ovh.d
# mv /etc/grub.d/06_OVHkernel ~/ovh.d
On met à jour Grub :
# update-grub
... et on redémarre... sur le nouveau noyau
# reboot

Basé sur l'article de Thomas (Virtubox) : jesuisadmin.fr/miner-du-monero-xmr-stack...

Fil RSS des articles de ce mot clé