CitizenZ

Blog Libre, Net & Société

Installer Manjaro en multiboot avec Windows10, en UEFI/GPT, avec deux disques durs

Rédigé par citizenz 11 commentaires

Voila un titre, long, qui résume ma situation !
Ca fait une semaine que je galère avec ça. Après une installation "classique" de Manjaro grâce au live-cd (XFCE), je ne pouvais pas avoir accès à GRUB sauf par l'intermédiaire du live-cd et du menu "Detect EFI boot loaders". Rien avec le boot menu de mon BIOS (F11).

J'avais pourtant pris soin, depuis la réception de mon nouveau matériel quelques jours avant, de désactiver le "Secure Boot" et le "Fast Boot" dans le BIOS de ma carte mère MSI.
Pourtant, avec l'installation d'une Xubuntu (installation qui elle me donne accès à une option pour placer Grub sur la partition de mon choix), tout se passait parfaitement si je choisissais la partition du Windows Boot Loaders pour y installer Grub.

Après pas mal d'hésitations et de tergiversations, et grâce aux commentaires laissés sur ce blog, j'ai compris que :
- dans mon cas, j'installe Linux sur un disque (/dev/sda) et j'ai un autre disque qui possède Windows 10 d'installé (/deb/sdb). Le Wiki de Manjaro ou celui d'Archlinux ne prend pas ce cas de figure en compte dans ces exemples... Et ça m'a bien fait balader !
- même s'il peut être utile de créer une partition EFI/ESP en FAT32 sous Linux (dans le cas ou le disque Windows viendrait à tomber en rade), ca n'est que facultatif et il faut donc "utiliser" la partition du Windows Boot Loaders pour y installer Grub (/dev/sdb2 dans mon cas)

Et voici donc comment je suis parvenu à mes fins. Après l'installation de Manjaro, j'ai booté sur Manjaro grâce au live-cd. Puis j'ai sélectionné "Detect Efi Boot Loaders". On arrive alors dans un menu où, en haut, on voit l'entrée Manjaro. On sélectionne cette entrée et cela nous amène directement sur Grub ! Il n'y a plus qu'a lancer Manjaro !

J'ai ensuite, en console, monté la partition du Windows Boot Loader de Windows 10 en /mnt :

# mount -t vfat /dev/sdb2 /mnt

Dans /mnt, on trouve donc maintenant un répertoire EFI et dedans on a le loader Windows (bootx64.efi).

On installe 2 paquets indispensables pour le multiboot (si cela n'est pas déjà fait) : 

# pacman -S os-prober efibootmgr

Puis on re-installe Grub "au bon endroit" :

grub-install --target=x86_64-efi --efi-directory=/mnt --bootloader-id=Manjaro --recheck 

Puis on n'oublie pas de faire :

# update-grub

et :

# umount /mnt

On reboot enfin le PC et ... BINGO !!! Grub apparait avec 3 lignes : Manjaro, Options avancées pour Manjaro Linux, Windows Boot Manager

Il est donc bien dommage (!) que Manjaro "n'arrive pas" à s'installer "convenablement" dans le cas d'un multiboot avec 2 disques.
Est-ce volontaire ?
Qu'en pensez-vous ?

Debian c'est bien

Rédigé par citizenz 4 commentaires

​Debian 9 "Strech" va sortir samedi 17 juin ! Evènement dans la communauté débianiste car une sortie de Debian Stable se fait toujours attendre et reste un évènement !

J'en ai profité, moi le Archiste-Debianiste, pour faire un petit tour des avantages et des inconvénients de Debian. J'ai mis tout ça à ma sauce ... caustique. C'est de l'humour, rien que de l'humour ! Hein ?!! ...

Les + de Debian
  1. Super comme serveur : un serveur PHP/MySQL/Nginx, ça s'installe sous Debian non de d'la ! (A la rigueur, sous Ubuntu server... Pour les menaces de mort, voyez avec ma secrétaire)
  2. Super comme desktop : KDE, Gnome, XFCE, etc. Tout est bon dans Debian !
  3. C'est une distribution "culte", une des premières (Le projet Debian fut officiellement fondé par Ian Murdock le 16 août 1993)
  4. Basée sur des personnages de Toy Stoy : et là c'est l'un des arguments ultimes en ce qui me concerne. Pour avoir vu 47 fois les 3 Toy Story avec mes gamins, je peux vous dire que je m'y connais ! Et Sid, le méchant, il est jamais "stable" (Still In Developpement).
  5. Stabilité, stabilité, stabilité, ... : prendre une Debian stable, c'est quand même une sécurité de ne pas être trop embêté par des applis qui plantent en moins de deux !
  6. Une communauté énorme et très dynamique : Debian, c'est comme Alain Delon. C'est une expression qu'on retrouve même dans les dialectes de Patagonie australe. Et en Zoulou, Ubuntu signie : "Je n'arrive pas à configurer Debian".
  7. Un système de paquets qui a fait ses preuves : dpkg et les fichiers deb, c'est le bien. On en trouve partout. Et apt-get, c'est diablement efficace : apt-get --purge remove mabelle-mere
Les - de Debian
  1. Une partie de la communauté Debian est composée de Geeks complètement barrés ! C'est chiants les geeks barrés ! Ca se croit tout permis... c'est même à ça qu'on les reconnait !
  2. Une partie des geeks complètement barrés a reçu un don divin à la naissance : ils savent tout... Eux, ils savent ! Et pas nous... et on les fait chier grave. Je les nomme les "geeks absolus".
  3. Une partie des "geeks absolus" se la pète sur linuxfr.org !
     

UEFI m'a tuer

Rédigé par citizenz 23 commentaires

Je vous présente UEFI : le standard Unified Extensible Firmware Interface (UEFI, "Interface micrologicielle extensible unifiée") définit un logiciel intermédiaire entre le micrologiciel (firmware) et le système d'exploitation (OS) d'un ordinateur.
Interface logicielle désormais commune à tous les ordinateurs récents, particulièrement ceux vendus depuis 2010, elle vient se placer entre le micrologiciel (firmware) et le système d'exploitation pour permettre de contrôler les paramètres de l'ordinateur.
A ce titre, elle remplace la traditionnelle interface du BIOS. Puisqu'il s'agit d'un système différent du BIOS, il est important de comprendre ce qu'est l'UEFI avant d'entreprendre l'installation de Linux, ... nous dit le wiki d'Ubuntu, de Manjaro ou même Wikipedia.

Je vous avais dit que mon ordi avait "cramé", il y a déjà quelques jours et que j'avais reçu du nouveau matos.
Donc changement de config : ma carte mère, tout nouvelle et fraîche (MSI B150 PC MATE) affiche un menu permettant de sélectionner une option "Windows 8.1/10" qui active l'EFI, le fast startup et le "Secure boot". Le "Secure boot", cette merveille d'invention qui permet aux linuxiens entre autres de se faire des cheveux blanc avant l'âge.
Mais cela implique aussi un changement (gros !) : la table de partition est désormais en GPT (Guid Partition Table). Adieu la table msdos et le MBR !
Cela implique également un changement dans la manière de faire booter l'OS...
Il faut désormais créer une partition de boot dédiée avec un fichier .efi.
Windows 10 utilise ce type de partition : ESP (EFI System Partition, formatée en FAT32).
(PS pour les connaisseurs : ESP, c'est pas la marque de la guitare d'Adrian Smith).
Bref autant dire que quand on a passé les 6 dernières années sur un bon vieux AMD Phenom II X6 et une version famille de Windows 7, on arrive dans un monde étrange ! :)

Je sais : je ne suis pas doué :/ J'ai mis plus de 48h avant de piger la bonne config de ma carte mère (le coup du "Secure Boot", je l'ai pas vu venir !) et avant de piger que par défaut Manjaro Linux ... n'installe pas Grub au bon endroit (en tout cas, je ne sais pas faire !).
En effet, après avoir installé Windows 10 sur mon disque sdb (disque 1To) j'ai souhaité installer Manjaro Linux sur mon disque sda (SSD 128 Go).
Mais en utilisant l'installateur graphique plus l'option "Effacer tout le disque", même si l'installation se passe sans problème, c'est au reboot que ça ne va plus : pas de GRUB ! :/ Ca reboot sous Windows 10 comme si de rien n'était.
Ni une, ni deux, je vais dans le BIOS vérifier mon Boot Menu : pas de disque SSD avec Manjaro, rien ! Il n'apparait pas.
Pourtant, grâce au Live-CD de Manjaro, je peux aller dans "Detect EFI boot loaders" et ma partition EFI Manjaro apparait en (hd0, gpt1). En validant cette entrée, j'arrive sur Grub... qui m'ouvre Manjaro...

Même soucis d'ailleurs, en passant par le menu de partitionnement "Autre" et en partitionnant tout à la main. Même punition.
En fait, j'ai peut-être mal vu, mais je n'ai pas trouvé de menu pour Grub qui permet généralement de choisir où Grub doit être installé. Et, d'après quelques renseignements et infos glânés ici et là, il faudrait que Grub soit installé sur la partition du Windows Boot Manager, c'est à dire pour moi en sdb2.

J'ai eu l'idée de faire un test avec Xubuntu. Installation sur le SSD. Et là il y avait un menu pour Grub. J'ai donc choisi d'installer Grub sur sdb2 et au reboot : BINGO ! Aucun problème, j'avais le Grub avec Ubuntu, Windows 10 (Windows Boot Loader).

Donc il y a certainement une manière de faire pour Manjaro et Arch Linux mais je ne l'ai pas encore trouvée.
Faut-il après l'installation reinstaller Grub avec quelques "commandes magiques" ? Quelles sont-elles ?
Je vous laisse, je découvre Xubuntu avec ses bons et ses mauvais côtés mais dès que possible, je retourne sous Arch !

Ben oui, on ne se refait pas !

ProtonVPN : un VPN bientôt pour tous

Rédigé par citizenz 1 commentaire

Depuis quelques jours on voit apparaitre un joli compte-à-rebours sur le site de ProtonVPN.
Déjà accessible par les utilisateurs de Prontonmail version Plus (5 €/mois), protonVPN offre des outils encore perfectibles mais qui laissent augurer d'un futur service au Top.
Sous Windows, protonVPN propose un client graphique très pratique (encore en version BETA) avec un choix aisé d'outils, notamment destinés à sélectionner le "meilleur emplacement" géographique du serveur VPN.
ProtonVPN propose en effet diverses "adresses" de serveurs, que ce soit en France, aux Pays-Bas, aux USA, etc. ou même en Suède.
Sous Gnu/Linux, pas de client dédié et tout se configure (facilement) avec networkmanager et openvpn.
Sous une distribution "debian-like", on installe quelques packages nécessaires :

sudo apt-get install openvpn network-manager-openvpn-gnome

Puis on va chercher les fichiers de config ProtonVPN à cette adresse : https://protonvpn.com/download/ProtonVPN_config.zip
Il vous faut au préalable avoir reçu votre login et votre de mot de passe qui sont disponibles, pour le moment, dans le menu de ProtonMail version payante...
Une fois configuré il n'y a plus qu'à cliquer sur l'adresse du VPN dans le menu Networkmanager et vous verrez le petit cadenas apparaitre dans l'icone de connexion qui vous indiquera que votre VPN est actif.


On peut même évidemment se connecter directement en console :

sudo openvpn ch-01.protonvpn.com.udp1194.ovpn

C'est un exemple si on décide d'utiliser une adresse suisse pour le serveur VPN.

J'utilise protonVPN depuis plusieurs mois maintenant et je trouve que le duo ProtonMail + ProtonVPN sont des outils pratiques et performant.
Il semble que protonVPN ouvre officiellement ses portes dans une dizaine de jours...

A suivre

[ACTU] : VRAC de la semaine 23

Rédigé par citizenz Aucun commentaire

Pas beaucoup de temps en ce moment... Il y a des périodes comme ça où le vrai boulot prend de la place.
Sans compter les exams des enfants, c'est chaud cette année (bac + bts).
Alors, je fais vite et vous donne quelques news qui m'ont marqué ces dernières heures avec quelques liens :
- MICROSOFT : 3 nouvelles versions de son Windows 10 vont sortir : Windows 10 Pro for Advanced PCs, Windows 10 Pro N for Advanced PCs, Windows Server 2016 ServerRdsh. Donc si on résume : un serveur, une version "Education" ... et une version pour les utilisateurs "européen" (?)... Il n'y a pas beaucoup d'infos qui ont filtré, il va falloir attendre pour faire le tour des désormais 11 versions de Windows 10.
- IBM : et HOP! Gavure en 5 nm FAIT ! --> https://fossbytes.com/ibm-5nm-chip-30-billion-transistor/
- le premier jeu d'aventure (pas d'image, que du texte) est finalement passé en opensource ! ---> https://motherboard.vice.com/en_us/article/the-first-text-adventure-game-ever-is-finally-open-source
- construire un ampli guitare "opensource" de 1W : si si, c'est possible ! ---> https://opensource.com/life/16/1/build-open-hardware-guitar-amp?sc_cid=7016000000127ECAAY
- TOP 20 des jeux qu'on aimerait bien voir portés sous Gnu/Linux : http://boilingsteam.com/the-20-games-linux-gamers-want-to-see-ported/

Fil RSS des articles